Skip to content
(714) 240-8095       info@avesence.com

Ma quête du bonheur

Avant de raconter mes péripéties, je veux commencer par te souhaiter un Joyeux Noël et une bonne et heureuse année 2021. Je te souhaite beaucoup de santé, bonheur et joie. 

Pourquoi court-on après le temps?

C’est fou de voir comment les feuilles du calendrier tombent aussi rapidement que les feuilles d’automne. Un jour il faut vraiment prendre le temps de voir comment ce dernier passe à travers nos doigts. Parce que, vingt ans plus tard, on regarde en arrière et on se demande où le temps est passé.

Je me rappelle quand j’avais 10 ans, je voulais être grande et je trouvais le temps très long. Mais à 51 ans, je dois admettre que le temps passe vite. Les dix dernières années, je me pensais toujours “en retard''. Je courais après le temps sans vraiment comprendre que la vie se vit de jour en jour, et chaque souffle est un cadeau. Un cadeau très précieux que plusieurs ont pris pour acquis jusqu'au jour où Mère Nature nous a rappelé, avec Covid-19, que la vie est fragile et qu'il faut prendre le temps de comprendre et suivre les lois de la nature. Ça fait 100 ans que nous n’avons pas vécu une épidémie mondiale. Et tout d’un coup, pouffe! Pourquoi? 

Pourquoi Covid-19?

Pour nous réveiller!  En fait, c’est à chacun de découvrir ce qui se cache dans le Covid-19. Je pense que Mère Nature veut qu’on ne nettoie pas seulement les comptoirs et les poignées de porte. L’isolement nous force à regarder en dedans de nous. Plus de sport à la télévision, bars et magasins fermés. C’est le monde à l’envers. Ou peut-être que Mère Nature veut qu’on prenne le temps de se recalibrer. Recalibrer quoi ? De nos vieilles histoires qui nous empêchent de vivre une vie saine, pleine de joie et de bonheur. 

C'est comme un remodelage de cuisine où Covid-19 et Mère Nature nous forcent à enlever le vieux avant de mettre de la belle tuile. Des fois, il faut même enlever les murs moisis qui gardent des secrets difficiles à affronter. Ce sont ses secrets qui causent du stress, de l’anxiété et des maladies cardiaques. Sans vraiment savoir, j’ai passé les huit dernières années à me préparer pour le Covid-19. Intuitivement, j’ai reçu un message en septembre 2019 que quelque chose de gros allait arriver, mais quoi?” Comment on se prépare quand on ne sait pas pourquoi on se prépare?

L'argent n'est pas une garantie de santé!

Mère Nature m’a enseigné à être patiente. Moi qui voulais du succès tout de suite et le succès ne venait pas. Mais c’est quoi avoir du succès? Un compte en banque plein d’argent? Oui, c’est ce que la société veut qu’on croit. De ce point de vue, Covid-19 a beaucoup chamboulé la vie des gens.

En fait, tout change quand notre santé est en jeu. C’est là qu’on réalise que l’argent n’est pas une garantie de santé. 

L’argent est une forme d'énergie, comme une prise de courant. L’argent facilite l’échange entre deux personnes ou organismes. Le problème est notre état d’esprit face à l’argent. J’ai appris que l’argent ou le manque d’argent n’est pas la cause du problème, mais le résultat d’une condition profonde qu’on cache. Par exemple, si on est connecté à l’excès de cigarette, drogue, médicament, boisson alcoolisée, jeux d’argent, sexe, ou magasinage, éventuellement cela va apporter des problèmes financiers. 

D’autre fois, on a simplement peur de manquer et on se fait du souci, qui éventuellement nous apporte du stress et de l’anxiété. 

La solution est de trouver et comprendre l’engrenage en arrière de notre inconscient qui nous conduit à faire des choses et qui nous pousse à être en désaccord avec notre tête, notre cœur et notre état d’âme. 

Comment se s'en ont face au manque d'argent?

Je souligne ici qu’il n’y a pas de problème à en vouloir plus. Ce qui est important est de comprendre comment on se sent face à l’argent ou face au manque d’argent. Si on ne fait pas attention, avec le temps, on devient esclave à vouloir en avoir plus sans comprendre qu’on se fait du mal à nous-mêmes. 

On peut mentir à nos proches ou à nos partenaires de travail. Cela devient une habitude. On se pense mieux que l’autre parce qu’on a un plus gros compte en banque et on commence à regarder les autres comme des vaux rien car ils n’ont rien. Mais on ne peut pas mentir indéfiniment à notre subconscient.

Je me suis coincée dans cet engrenage. Je ne savais pas comment j’y attachais tellement d’importance. Pour moi, un compte en banque plein était associé à ma dignité. Plein d’argent voulait dire que j’étais une bonne personne mais sans argent je pensais être une mauvaise personne. 

En 2012, quand l’immigration m’a enlevé le droit de gagner un salaire, cela m'a fait chuter dans un précipice de honte. Pendant que j’étais capable de gagner, je me sentais en contrôle de ma destinée, mais le jour où j'ai perdu le pouvoir de gagner, j’ai aussi perdu l’estime de moi. Dans ma tête, je ne valais rien. Hors de contrôle, je me suis sentie coincée de devoir vivre au dépend d’un autre.

Cela m’a pris huit ans pour comprendre que ma dignité et mes valeurs n'avaient rien à voir avec l’argent.  

Alors, qu’est-ce qui m'a remis d'aplomb? Avesence!

Nos pensées valent plus que tout l'or présent dans la terre

L’immigration m’a enlevé le droit de gagner un salaire mais ils ne m’ont pas enlevé le droit de penser.  Avec mon expérience en chimie et l’art de mélanger des concepts abstraits, j'ai créé Avesence, une marque de commerce pour soins de peau.  Le tout a commencé avec l’idée de formuler une crème pour soulager l'acné légère, mais sans les irritants habituels que l'on trouve dans la plupart des produits médicamenteux contre l'acné. 

Plus tard, quand tout a été mis en bouteille, j'ai appris que mon message marketing était illégal. Je ne pouvais pas faire de réclamation médicale avec une crème cosmétique.

J'aurais pu prétendre que je m'en fichais et continuer, mais quelque chose m'a arrêté. Intuitivement, je savais qu'il y avait quelque chose de plus profond qui n'était pas aligné avec mon cœur mais je ne savais pas ce que c'était.

As-tu le courage de faire face à l'inconnu?

Pendant que je travaillais sur des formules, je me sentais en sécurité dans le laboratoire. Et intuitivement, je savais que je devais faire quelque chose d'exceptionnel et devenir mon propre porte-parole. Mais j’avais peur de l'inconnu. Je devais trouver le courage de sortir de ma zone de confort pour que les gens sachent que j’ai un produit qui peut aider les femmes qui, comme moi, ont la peau grasse à tendance acnéique. 

Malgré l'incertitude, j’avais espoir et confiance en mes capacités et j’étais prête à tout sacrifier pour aller jusqu’au bout. Mais je n’avais ni la beauté ni la publicité de Lise Watier. Je devais commencer en bas de l’échelle et me débrouiller avec les fonds quasi-inexistants.

Ma quête pour comprendre pourquoi j’avais peur de l'inconnue m’a forcé à sortir de ma coquille. Cela m'a amené à découvrir l'intelligence émotionnelle.  A l’époque, je ne savais pas que cette branche en psychologie existait et je ne savais pas que c’était un de mes talents naturels.  

L’intelligence émotionnelle et le côtoiement d'autres entrepreneurs rencontrés durant des conférences ont changé mon état d’esprit. Oui, ça brassait dans la maison, surtout quand c’était à propos de l’argent mais les choses apparaissent moins pires car j’aimais ce que j'apprenais.  

N’empêche que le stress et le manque d’argent ont détérioré notre synergie de couple.  Au début, je souhaitais que mon couple soit comme Céline Dion et René Angelil.  Moi qui développe les formules et mon mari qui m’aide à promouvoir Avesence

C'est l'inconnu qui nous amène du nouveau

Mais cela n’a pas fonctionné ainsi. Il voulait de la stabilité et être sûr avant d’avancer tandis que moi, je voulais avancer, aller plus loin dans la vie. 

C’est là que j’ai réalisé que nous n’étions plus sur la même longueur d’onde. Après 26 ans de vie commune, j’ai fait un choix énorme: laisser mon mariage pour Avesence. Mais pourquoi? 

Cela m’a pris trois ans, soit entre 2018-2021 pour découvrir la vraie raison pour laquelle Avesence était non-négociable dans ma vie.

En quête du bonheur

Ce qui m’a aidé c’est le lancement de mon émission de podcast anglophone intitulée “Assertive Radiance”, où une fois par semaine, je partageais, de vive-voix, mon expérience de vie. 

Avec le temps, j'ai réalisé que ces épisodes étaient une forme de thérapie où mon “être suprême" murmurait la vérité à mon “âme perdue.” Bien que long, laborieux, et pas rentable, le processus m'a libéré  de mes vieilles histoires.

Pour ceux qui ne le savent pas, un podcast est comme avoir un poste de radio personnel ou je partage de vive-voix ce qu’il se passe dans ma vie. C’est la version auditive d’un blog.

Dix mille heure et cent cinquante épisodes plus tard, mon intuition m’a suggéré de partager, avec toi, mon apprentissage.

Un retour dans le passé

À 48 ans je me suis réveillée et j’ai réalisé que mon cœur était cloîtré dans ma prison mentale. J’ai passé plus de 48 ans à vivre déconnectée de l’amour véritable.  J’étais devenue ce que la société attendait de moi. Je suis allée à l’école, j’ai essayé de mon mieux d’avoir de bonnes notes, de trouver un travail payant, de me marier, d’avoir un enfant. De nettoyer, frotter, peinturer, faire tout toute seule pour économiser. 

Pourquoi la société nous montre à ne pas s’aimer soi-même?

La société nous montre à ne pas s’aimer soi-même. Ça commence à deux ans. On fait des expériences qui nous mettent dans le trouble puis on est puni. On apprend très jeune à avoir peur des péchés et du jugement. Mais pourquoi ne pas prendre le temps d’expliquer avec sagesse au lieu de chicaner un enfant?

A 5 ans on reçoit notre premier test avec une note qui démontre qu’on n’est pas bon à l'école. La maîtresse nous chicane devant tous les autres dans la classe, puis quand on arrive à la maison, on est encore puni pour avoir échoué à un test. La honte vient nous hanter.  Petit-à-petit on apprend à vivre dans le moule coulé par la société.

Pourquoi est-it difficile de s'exprimer?

On apprend à avoir peur, d’expérimenter et de s'exprimer.  Plus tard, quand on devient un peu plus grand, on ne sait plus qui on est. On se ne trouve pas belle et pas bonne. On a honte de nos défauts. La conformité nous vole la joie et l’amour de soi.  Nous devenons des “robots humains” et on se conforme à ce que les autres veulent de nous. On passe notre vie à demander la permission de vivre.  Des fois même, on peut penser qu’on est de trop. On se cherche, mais pas dans les bonnes places. On se retrouve à trop magasiner, trop boire, ou on remplace nos besoins affectifs avec des médicaments. Ça commence par ‘juste une” pour essayer de se remonter le moral. Avec le temps, on met nos émotions en dessous du tapis, puis on fait de son mieux pour prétendre que tout va bien.

Plus tard, la peur nous arrête sur notre chemin de la vie.  Est-ce que les arbres et les oiseaux font des péchés? Est-ce qu’ils doivent demander la permission pour grandir. Non. Ils poussent et volent tous à l'unisson. Pourquoi ne peut-on pas pousser comme des arbres ou voler comme des oiseaux?

D'ou viennent les péchés?

Bien sûr, nous devons tous avoir une morale, de ne pas faire mal à l’autre. Mais pourquoi les humains ont-ils inventé les péchés ? Pour nous garder petits.  Cinq cents ans de culture dans le but de nous enlever la volonté libre; soit d’avoir le droit de choisir différentes manières de vivre sans se faire dire: “bon ben là-là, ça c’est pas correct!”

On s’habitue graduellement à se limiter. On n’ose plus essayer de faire quelque chose qui est en dehors de notre zone de confort.  Avec le temps, on met un couvert sur notre cœur. On oublie et on existe sans vraiment vivre. 

Tout change quand on devient responsable de notre bonheur

Cela m'a pris huit ans d’analyse interne et d’étude en psychologie pour comprendre pourquoi mon cœur souffrait. Durant ce temps j’ai compris que le secret du succès est tout simplement d’avoir le temps et l’énergie pour faire ce qu’on doit faire pour avoir du succès.  Tout temps passé à se chamailler c’est de l’énergie et du temps perdu. Ma vie a changé quand j’ai décidé d'être responsable pour mon bonheur.  Personne d’autre que moi sait ce que je veux alors pourquoi m’attendre que quelqu'un d'autre puisse me rendre plus heureuse que moi-même? 

Cette attitude, mélangée à huit ans sans salaire, m'a aidé à me guérir de mon histoire de honte. Avec le temps, j’ai traversé la peur de tout perdre pour finalement comprendre que c’est en laissant les choses matérielles de côté qu’on obtient la vraie liberté. Quand on est attaché à un tronc d'arbre, on ne peut pas aller loin dans la vie.

A part mon fils, Matthew, bâtir une compagnie de produits de beauté a été une de mes plus belles expériences que j’ai entrepris car cela m’a libéré de ma honte. 

C'est quoi la richesse?

Des fois, on ne veut pas commencer car on ne pense pas être assez éduqué. En fait, le secret de la vie est de faire en sorte qu’on puisse mener une vie confortable et paisible. La vraie richesse est dans la sagesse de savoir comment utiliser toutes nos ressources pour s'assurer qu’on puisse être à l’aise quand on ne peut plus travailler. 

Mon diplôme universitaire vient de l’Université de l’Adversité. Rien au monde ne peut remplacer les expériences de la vie. On ne peut pas se cacher derrière des excuses comme “mon chien à manger mon devoir.” Non, nous finissons par récolter ce qu’on sème. L'université de l’adversité est la seule école qui nous force à devenir créatif et débrouillard. 

Un des plus beaux cadeaux, pour moi, fut la rencontre de gens formidables qui m’ont aidé sur mon cheminement spirituel et d’apprendre à être confortable devant l’inconnu et l’inconfort. 

Avec Essence & Science = Avesence®

J’ai entrepris de créer une crème pour m’aider avec ma peau grasse et acnéique sans réaliser qu’il y avait quelque chose de plus profond dans ma passion. Souvent, les crèmes de soin sont vendues avec la promesse de guérir et de réparer la peau, d'apporter un éclat de jeunesse ou de paraître radieuse et confiante. 

Je ne pouvais pas promouvoir Avesence et sa capacité à guérir et à réparer tant que je n'avais pas guéri mon âme et appris à m'aimer. À mon insu, Avesence m'a conduit à un réveil spirituel.

 Ma mission est d'inspirer et de donner courage et espoir à ceux qui veulent se libérer de l’emprise d’un passé honteux afin d’être capable de vivre une vie saine, remplie de bonheur. 

Où trouver l'amour de soi?

Avesence m’a emmené sur le chemin de l’amour éternel avec Dieu et le St-Esprit. En 2005, je voulais la liberté financière. Mais en fait, ce que je voulais, c'était d’avoir le droit d’être moi-même et de m’exprimer à mon goût. Cela m’a pris 15 ans pour apprendre que l’amour véritable vient de l’intérieur et non du monde ou des choses extérieures.

Maintenant je sais qu’être riche est tout simplement un état d’âme. C’est de vivre une vie remplie d’amour, de joie et de paix. C’est être capable de s’accepter tel qu’on est, et discerner ce qui est bon pour nous sans juger ou blâmer les autres ou les circonstances. C’est aussi de trouver un moyen de tourner ce qui apparaît être nos défauts ou échecs en atouts.

Nous sommes tous parfait dans notre propre création

La société nous a appris à croire que nous sommes imparfaits alors qu'en réalité nous sommes parfaits dans notre propre création.  Ce qui semble être des imperfections, est en fait notre caractère unique. Il n'y a pas deux humains identiques. Cependant, nous avons tous quelque chose en commun: la capacité de surmonter toute adversité en alignant nos pensées de façon positive. Après tout, les erreurs et les échecs ne sont que des expériences qui nous mènent à la sagesse. 

La vie se vit un jour à la fois

La vraie liberté est d’être capable de vivre le moment présent sans remords du passé et la peur de demain. On ne peut pas changer le passé et demain n’est pas une garantie, c’est un cadeau. 

Et finalement, j’ai réalisé qu’il n'y a pas de raccourci sur le chemin du succès. Cependant, un voyage bien vécu est celui qui nous fait réaliser que notre magie vaut la peine d'être partagée et pour ça, il faut prendre le temps. 

Joyeux Noël et prend soins de toi! 

Avec Amour 

Nadia XXX

About the author, Nadia

Nadia Fleury is founder and CEO of Avesence® skincare promoting healthy, radiant-looking skin.

Looking beyond marketing hype and understanding that beauty is more about how you feel inside, Nadia delved into alchemy, mixing science, with self-awareness, and spiritual awakening, eliciting inner-transformation and bringing forth your true beauty from within.

Leave a Comment





This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Scroll To Top